Premier vêtement à la surjeteuse, premier Plantain

0
COMMENTS
Je m'en viens donc vous présenter mon premier vrai ouvrage à la surjeteuse (pas entièrement, ma machine me sert encore un peu quand même...). J'ai profité du marché de Trappes (où j'évite d'aller au maximum sinon c'est dépenses assurées vu le prix des tissus à 1 ou 2€ le mètre, on se laisse vite emporter...) pour dégoter un jersey molleton gris passe-partout histoire de me faire un haut basique. J'ai testé le patron "Plantain" offert par Deer&Doe. Je pense que c'est bien le seul patron Deer&Doe que je ne pourrais jamais m'offrir... Je voulais faire plutôt un pull en fait, alors j'ai choisi de faire une taille 44 histoire d'être à l'aise car je fais plutôt du 42 en haut. Et ben en fait de pull, je me retrouve avec un t-shirt bien chaud car il est vraiment trop près du corps pour porter un autre t-shirt en dessous... Je suppose que c'est dû à mon jersey épais qui n'est pas hyper élastique.

J'ai eut un peu de mal à assembler le patron pdf, je ne sais pas pour vous, mais moi j'ai toujours des décalages sur ce genre de patron : 3mm par-ci, 3mm par là et à la fin j'ai un bon centimètre de plus entre le devant et le dos... Et comme une cruche que je suis parfois, j'ai ratiboisé mon patron à la longueur la plus courte alors que je sais très bien que j'ai le buste un peu long.  Évidemment c'était trop court, du coup j'ai ajouté une bande rapportée de 4cm dans le bas. J'ai dû un peu trop l'étirer en surpiquant à la machine car ça gondole.

J'ai aussi eut un petit problème avec le tissu, mais je ne m'en suis aperçue qu'après avoir coupé : il y a un défaut de fabrication et un petit trou devant un peu sur le côté. (Moralité : toujours bien vérifier l'état d'un tissu à 1€ le mètre) Mais je me suis dit que je pourrais cacher ce trou avec une étiquette quelconque qui restait à trouver.

 


Je dois dire qu'à ce moment final de la couture, j'étais légèrement dégoutée car je n'ai pas bien mis mon tissu à plat et un pli est venu se fourrer sous le couteau de ma surjeteuse. Le résultat ne s'est pas fait attendre, j'ai un joli trou au beau milieu du dos...  Oups...

 
Celui-là va être difficile à cacher !!

Dernière erreur de ma part, j'ai oublié de mettre une petite bande de renfort pour les épaules, mais vu que le tissu est épais je ne suis pas sûre que ça change grand chose.

Je voulais ajouter une petite touche de couleur avec les coudières, j'ai donc utilisé un petit reste de t-shirt turquoise. Je les avait coupées directement à la bonne taille donc je me suis contentée de les surfiler sans les couper plus et je dois dire que ça été dur dur de suivre les contours arrondis. C'est assez moche mais c'est le mieux que j'ai réussi à faire. Peut-être que le t-shirt aurait eut l'air plus "pro" sans ces coudières mais je tenais à ce bout de bleu dans tout ce gris.

 
J'ai ensuite juste cousu les coudières à la machine avec un point zig-zag long et étroit.

 

Pour les finitions de surpiqûres, j'ai utilisé un point droit simple pour la bande d'encolure et la bande du bas. Je n'aurais probablement pas dû car je ne pense pas que ça soit très élastique. D'un autre coté l'encolure large et le bas évasé font que je ne risque pas de tirer sur les coutures à ces endroits.



Je ne suis pas mécontente de mon col qui, même s'il n'est pas hyper régulier, a un fini quand même bien propre, il ne gondole pas.
Aux poignets, j'ai cousu avec une aiguille double à la machine, toujours en point droit simple.



Voilà en conclusion je suis un peu mi-figue mi-raisin sur ce tisheurt car malgré les erreurs il m'a permis d'apprendre, et malgré son aspect global relativement correct (bon à part le bas qui gondole vraiment), je ne pourrai guère le porter en société avec tout ces trous.
Dommage il est hyper confortable ce molleton.

Quant à la forme de ce haut en lui-même, je ne suis pas complètement convaincue pour ma part : il est franchement beaucoup trop décolleté pour une frileuse comme moi (même avec un foulard je ne couvre pas tout le décolleté) et le bas un peu trop évasé, du coup y'a des courants d'air (!)  Je le retaillerai bien de 1 ou 2 cm de chaque côté.

Le truc à retenir est que j'ai beaucoup apprécié ma surjeteuse. Ok j'ai commencé par un jersey épais donc c'est plus facile mais je suis ravie de la vitesse à laquelle j'ai cousu ce haut sans problèmes de tissu mangé par la machine à coudre comme dans mes précédents essais de jersey, et avec des belles finitions toutes propres. Quand je vois mes anciens vêtements surfilés au point zig-zag à la machine à coudre et qui sont devenus assez moches au fil des lavages, j'ai envie d'y mettre un p'tit coup de surjeteuse partout.

Ourlet roulotté à la surjeteuse

3
COMMENTS
J'ai désenfilé ma surjeteuse un peu par erreur alors j'en ai profité pour vous faire un pas à pas pour l'ourlet roulotté fin à 2 fils.

Avec cet ourlet, vous n'utilisez que les fils de l'aiguille de droite (codé en vert) et du boucleur inférieur (codé en jaune)

Note : Si vos 4 fils sont tous enfilés, ce n'est pas la peine de les défaire tous, il vous suffit de couper le fil d'aiguille bleu (celle de gauche) et le fil du boucleur orange (boucleur supérieur) et vous pouvez passez les étapes d'enfilages décrites ci-dessous.

I. D'abord il vous faut enlever l'aiguille de gauche : avec le tournevis, desserrez la vis marquée B sur le support à aiguilles et retirez l'aiguille (sur la photo elle est déjà enlevée)



II. Ensuite, il faut installer le convertisseur : c'est la petite pièce en plastique avec un crochet en métal qui se trouve dans la pochette d'accessoires cachée dans le bras libre.


Il faut l'installer dans le trou tout rond qui se trouve sur le bras du boucleur supérieur.


Vous mettez d'abord la partie en plastique comme un petit cylindre rond dans ce trou (de l'avant vers l'arrière, normal quoi), et ensuite vous forcez un peu la petite tige métallique pour la positionner dans le sens contraire (de l'arrière vers l'avant) et mettre le petit crochet au bout dans le petit trou (chas) du boucleur



les sens d'insertion sont les flèches bleues :



III. Réglez la commande de largeur du point sur la position R (Roulotté) (position la plus proche vers vous)



IV. Réglez la longueur du point. Là je voulais un ourlet assez serré, je l'ai mis un peu au-dessous de 2




L'étape suivante est l'enfilage (étape facultative si vous avez vos fils déjà enfilés)

Mettez toutes les tensions à 0

Les sens d'introduction des fils sont indiqués avec les flèches bleues.

A. Commencez par enfiler le fil du boucleur inférieur (parcours codé en jaune)
1. Mettez votre cône dans la position la plus à droite et passez le fil dans le support (déployé)



2. Coincez le fil dans la petite boucle de métal à l'arrière de la surjeteuse en passant simplement le fil de droite à gauche puis tirez-le devant vous


3. Passez le fil dans la mollette de réglage de tension



4. Et coincez-le dans le crochet qui se trouve juste en-dessous


5 à 8. Coincez le fil dans les crochets avec un point jaune (de droite à gauche) : le premier crochet est fixe et les autres se trouvent sur des parties mobiles.




Le dernier est plus difficilement atteignable, pour cela il faut mettre le boucleur en position le plus à droite possible en tournant le volant de la machine à la main

(pardon j'ai un petit problème avec cette photo, je ne sais pas pourquoi elle est si petite. Je la referai à l'occasion)

9. Passez le fil derrière le boucleur et faites-le glisser sur la gauche jusqu'à ce qu'il se coince dans une petite encoche en ramenant le fil vers vous




10. puis passez le fil dans le trou (chas) du boucleur de l'avant vers l'arrière (Aidez-vous de la pince). Le fil se place tout seul dans la rigole du boucleur.



Tirez le fil vers l'arrière de la machine et voilà, vous avez fait le plus dur !!


B. Passons maintenant à l'enfilage du fil de l'aiguille droite (vert)

1. Placez votre bobine dans le deuxième support à partir de la gauche et faites passer le fil dans le zigougoui du bras télescopique pour le maintenir en l'air



2. Coincez le fil dans le petit anneau en métal correspondant, derrière la surjeteuse, comme pour tout à l'heure


3. Passez le fil dans la molette verte



4 à 6 : puis dans les crochets marqués d'un point vert. Le dernier c'est l'encoche du haut


7 et 8 : coincez le fil dans le zigouigoui de gauche placé au dessus de l'aiguille puis dans le chas de l'aiguille


et tirez le fil vers l'arrière.

L'enfilage est terminé !
_____________________

V. Réglez votre machine. Pour un tissu fin comme c'est plutôt sur ce genre de tissu qu'on utilise l'ourlet roulotté, utilisez les réglage 0 pour la mollette verte et 5 pour la mollette jaune.


VI. Allumez votre surjeteuse, prenez vos deux fils et tirez les vers l'arrière en appuyant sur la pédale. La chaînette se forme.

VII. Soulevez le pied de biche, placez votre tissu et rabaissez le pied. Appuyez sur la pédale et admirez le travail !



En haut, j'ai utilisé un tissu très léger en synthétique qui glisse beaucoup et est plutôt difficile à travailler. On voit le dessus de l'ourlet.
En bas, j'ai utilisé les mêmes réglages sur un jersey moyen, ni fin ni épais. On voit le dessous de l'ourlet.


Quand vous voulez repasser à un surjet standard, n'oubliez pas :
  • d'enlever le convertisseur (enfin, vous vous en rendrez vite compte quand il faudra ré-enfiler !)
  • de remettre la commande de largeur de point sur la position S (surjet)

Ma nouvelle copine la surjeteuse

6
COMMENTS
Cette année le père Noël est passé bien tôt : le 9 octobre exactement et ça se passait dans tous les magasins LIDL de France et de Navarre... De quoi je parle ? Mais de la surjeteuse PFAFF à 140€ seulement ma petite dame, quelle affaire ! Bref vous l'avez compris j'ai rapporté ma nouvelle copine à la maison.


D'abord un peu impressionnée, avec toutes ces rumeurs de "une surjeteuse c'est compliqué", je me suis lancée d'abord sur des petites chutes et j'ai été bien vite extrêmement ravie de cet achat : tout d'un coup des finitions hyper propres et pro sur mes petites coutures, ça en jette carrément ! Va falloir que j'investisse dans des étiquettes brodées "Lily Violette" parce que sinon personne ne croira que oui c'est bien moi qui l'ai fait. Et en plus quel gain de temps : assemblage et surjetage en un seul passage à la vitesse de l'éclair !


Puisque je crois qu'on est assez nombreuses à avoir acquis cette jolie machine, je vous livre mes premières impressions :

D'abord on déballe et là, surprise, la machine est pré-enfilée, mais les fils ne font que quelques dizaines de centimètres de longueur ! il n'y a pas de cône de fils :/ donc ça c'est la mauvaise surprise du jour : faut trouver des cônes. On peut néanmoins l'essayer avec des bobines normales mais le fil risque de partir vite donc vaut mieux investir dans des cônes. J'en ai trouvé des à 1€ made in china sur le marché et ils n'ont pas l'air si mal que ça, enfin pour le moment ça va mais c'est vrai que je n'ai pas encore fait grand chose. J'ai quand même commandé des cônes de meilleure qualité (du moins j'espère) alors je verrai si ça fait une différence.

Ensuite le mode d'emploi : il y a des photos en noir et blanc qui ne sont pas hyper claire, surtout pour les photos du mécanisme mais bon ça va car il y a aussi beaucoup de schéma où c'est plus clair et pleins de tableaux de réglage. J'avoue que je ne l'ai pas encore étudié en entier, je m'approprie ma machine petit à petit. Ils disent qu'on peut le télécharger en pdf sur le site http://www.lidl-service.com mais en fait il n'y est pas, il n'y a que d'anciennes surjeteuse  :/ ceci dit vous pouvez jeter un œil à ces manuels car les photos y sont en couleur et c'est quasiment (?) les même machines.
Il y a aussi quelques accessoires dans le casier du bras libre (5 aiguilles de rechange, une paire de pince, un tournevis, un "convertisseur" mais je ne sais pas encore trop à quoi il sert)

La machine en elle-même, ben elle est plutôt jolie avec son bout bleu  :) elle a des ventouses en dessous et ça ventouse très bien. Elle ne fait pas tant de bruit que ça (enfin ma machine à coudre est assez bruyante donc bon, c'est pas une référence) et ça ne vibre pas. ça couds vite et même limite trop vite pour quand on débute  mdr faut vraiment pas appuyer trop fort au début !

La surjeteuse a donc 4 fils : les deux de gauche qui servent pour la couture avec les aiguilles (comme pour une machine à coudre, d'ailleurs l'enfilage est du même style donc il a l'air très simple) : codé en bleu pour l'aiguille de gauche et en vert pour l'aiguille de droite). Ces aiguilles font faire les deux points droits parallèles quand vous utilisez la surjeteuse avec 4 fils.




Les deux fils de droite sont pour les "boucleurs" ce sont des pièces qui se trouvent en dessous, cachés dans la trappe qu'on appelle "coursive"
La coursive :



Les boucleurs ressemblent à des pointes trouées. Il y a un boucleur supérieur (en orange) et un boucleur inférieur (en jaune). C'est ce dernier qui a l'air vraiment plus délicat à enfiler. Chaque boucleur comme son nom l'indique va faire les boucles au dessus et en dessous du tisssu et qui vont être entrelacées à la lisière et maintenues par les points droits des aiguilles.




Vous pouvez tourner le volant doucement (vers l'avant) avec la coursive ouverte pour regarder comment ça marche comme ça on comprend mieux.

En plus des aiguilles et des boucleurs, il y a les couteaux : celui du dessus peut être redressé si on ne veut pas couper le tissu



et un couteau inférieur :




Pour coudre les premiers essais : D'abord coupez le bout de tissu-test qui est fourni avec la machine mais gardez la chaînette. Ensuite il faut nouer vos fils au fils préenfilés.


Vérifiez que le nœud tient bien, faites en des petits. Mettes tous les réglages de tension à 0 (c'est juste un trait)



et appuyez doucement sur la pédale en tirant sur la chaînette (sinon ça fait une grosse boule de fils qui se coincent dans la machine). Moi mes nœuds ont réussi à passer à travers les chas des aiguilles et boucleurs. Vous continuez votre chaînette jusquà ce que tous vos fils ressortent dans la chaînette.



Ensuite vous remettez toutes les tensions à 3 qui est le réglage de base pour le surjet à 4 fils.



Voilà vous êtes prêtes à attaquer avec un vieux bout de tiss
Soulevez le pied de biche et installer votre tissu. il n'est pas positionné en-dessous des aiguilles comme sur une MAC, c'est normal car il faut passer par les couteaux d'abord, c'est d'ailleurs pour ça que le pied est si long. Rabaissez le levier de pied de biche et y'a plus qu'à jouer de la pédale !

J'ai commencé sur du coton d'une vieille chemise et le surjet est nickel.


le fil bleu correspond donc à l'aiguille de gauche et le fil rouge qui est parallèle, c'est l'aiguille de droite. Les boucles roses qu'on voit ici sur le dessus proviennent donc du boucleur supérieur

J'ai utilisé les mêmes réglage pour du jersey, et c'est passé tout aussi bien.



Les seules choses à faire attention, c'est de bien mettre son tissu à plat et de ne pas avoir de bouts "mal rangés" qui arrivent devant le pied de biche sinon c'est pris dedans et ça va couper !!! là dessus, ça pardonne pas !! La surjeteuse va vraiment très vite et il faut de l'entraînement pour arriver à conduire le tissu où on veut à cette vitesse, surtout si vous avez des courbes à faire. Autre chose, vous vous retrouvez vite avec des tas de petites bandes de tissu découpées sur la table vu qu'il n'y a pas de bas récupérateur.

Bon, j'en suis là de mes premiers essais ce n'est pas encore grand chose.
La surjeteuse, je crois qu'on s'en fait toute une montagne l'enfilage, les réglages difficiles etc quand on en n'a jamais vu, mais une fois qu'elle est entre vos mains, je sais pas mais moi ça ne m'a pas l'air du tout insurmontable. C'est plus délicat, ça demande plus de précision, je veux bien, mais bon, les couturières ne sont pas des bœufs en général !

Donc en gros, les points + : marche très bien pour un prix ultra-compétitif
les moins : pas de cônes, pas de bac récupérateur

pour le moment, c'est tout ce que je vois.

Si vous voulez un autre avis sur cette surjeteuse, je vous conseille l'excellent article de scarlet couture .

Une autre chose à savoir, c'est que cette machine est la même que la Singer modèle 14sh754. Ainsi, si vous cherchez des pièces détachées ou des vidéos sur youtube, n'oubliez pas de chercher pour ce modèle aussi.

petit sac pour petites miss

18
COMMENTS
Les filles ont commencé la danse et comme toutes petites danseuses, elles ont besoin d'un petit sac rose pour mettre leur petit tutu rose. Sauf que la professeur ne veut pas de tutu, parce que c'est de la danse moderne. Et puis il ne faut pas non plus que ça soit rose, car il y a une couleur par classe et pour les petits c'est blanc, et pour les un peu plus grand, c'est parme (va falloir que je trouve un justaucorps parme !). Et pour le sac, bien sûr maman s'en charge, sauf qu'elle n'a pas de tissu rose pour faire un sac...
Bon déjà avec tout ça c'est mal barré.

Pour le patron, j'ai choisi avec "bonheur" (c'est ironique) un "non-patron" : à savoir dans le "coudre c'est facile" hors série spécial enfants, y'a un mignon petit sac bus :

Sauf qu'évidemment, je n'ai pas non plus de tissu avec des bus dessus ! (ils ne disent même pas où se le procurer...)

Et là, je regarde les explications du sac, et je vois qu'il n'y a ni patron, ni même les dimensions du bus (les côtés du sac, donc). Heureusement il y a les cotes pour le fond et à force d'extrapolations et de tâtonnage, j'en suis arrivée à la conclusion que le bus est inscrit dans un rectangle de 21,5cmx13,5cm. J'ai arrondi les angles du haut et ça va à peu près. (Par contre, précision pour moi même : quand on dessine soi-même son patron, ne pas oublier de marquer les positions des anses ou autre sur le patron, car aligner les trucs tant bien que mal quand tout est déjà cousu, c'est galère.)

Bon, rien ne va, mais c'est pas grave. J'ai cherché désespérément un tissu qui irait bien pour faire quelque chose de sympathique et tout ce que j'ai trouvé, c'est un vieux jean de papa et un vieux parapluie jaune tout cassé... Y'a bien de quoi faire un sac de danse avec ça, non ??

J'ai eut aussi la bonne (?) idée de thermocoller mon jean pourtant déjà bien épais histoire qu'il se tienne vraiment bien. Thermocollé avec une viesline assez épaisse (la H250)... résultat = carton. D'autant plus que d'habitude je ne thermocolle pas les marges de couture histoire que ça reste souple, et là, ben j'ai fait ma flemmasse et j'ai tout thermocollé... Ah, ça va être simple à coudre ça.
Et histoire de compliquer encore un peu les choses (bah oui), j'ai décidé de mettre un beau passepoil jaune (mon premier passepoil s'il vous plaît). C'est là que j'ai eut un autre problème : j'avais acheté du passepoil tout fait de 10mm de large, et je l'ai aligné au bord de mon tissu pour le coudre. Sauf que moi je prévois toujours 1/2 pouce (= 12,7mm) de marge de couture car ma machine a des lignes de guide de couture en pouces..... Bien évidemment, après plus rien n'allait, tout était décalé (quelques millimèrtres, ça compte énormément !!), mes côtés étaient trop grand par rapport au fond du sac, j'ai du découdre et recoudre mon carton pour essayer de réaligner tout ça comme j'ai pu.

Bref, tout ceci n'a pas été très simple à coudre. Résultat je ne suis pas peu fière de moi quand je vois ce que ça donne à la fin :






Pour les anses, comme je n'en avais pas de toutes faites non plus, j'ai découpé des bandes de 6cm de larges que j'ai replié de chaque côté vers le milieu (comme un biais), et j'ai mis un gros lacet à l'intérieur (comme un passepoil).
(Pardon pour mes talents de dessinatrice sous paint, je sais c'est pas terrible) (oui, mon lacet est rose, voilà, on a trouvé le rose !!! dommage qu'il ne se voit pas...)

C'était un peu juste quand même avec toutes ces épaisseurs de jean à coudre, j'aurais pu faire 1cm de large en plus (là c'est cousu ras le bord). Bien entendu je n'ai pas été trop folle sur le coup et je n'ai pas tenté la piqûre contrastante en jaune sinon bonjour on aurait vu tous les dégâts. J'ai laissé 5cm non cousu de chaque côté des anses histoire de pouvoir les coudre sur le sac. D'ailleurs pour ce faire, j'ai cousu d'abord les anses vers le bas :


Je couds à 5mm du bord


Puis j'ai replié et cousu les anses 2cm au dessus du pli pour les maintenir vers le haut :


Ne pas hésiter à repasser 3-4 fois les coutures des anses histoire que ça soit solide.

La doublure a donc été faite dans de la toile à parapluie.


Là aussi je n'ai pas tenté la surpiqûre contrastante et j'ai donc utilisé une bobine jaune avec une canette bleue marine. Bien m'en a pris car impossible de finir les coutures à la machine sur les extrémités de la fermeture éclair et j'ai donc terminé à la main tant bien que mal en cousant la doublure sur les marges de couture (merci le dé !!! faut appuyer à fond !) de façon à ce que ça ne se voit pas à l'extérieur.

Au moins c'est étanche de l'intérieur, non ?


Il est-y pas beau mon sac ?





Je regrette juste que y'ai une petite lichette pour tirer la fermeture éclair d'un côté, mais pas de l'autre, et franchement ça manque.


Bon il est bien joli, ce sac, mais il est tout petit riquiqui... Alors, aurais-je cousu tout ça pour rien ? Suis-je bonne à tout recommencer ?

Objectif : rentrer le justaucorps, le legging (bon, ça devrait être un collant normalement), le cache-cœur et la gourde dans ce tout petit sac (qui d'ailleurs ressemble plus à une trousse de toilette qu'autre chose)
Ouille aille aille !!

Verdict :

tadaaa !! ça rentre ! miracle !





 Oups, je viens de m'apercevoir que j'ai oublié l'indispensable brosse à cheveux...


 

 Zut, ça ne va plus du tout !!! Bon, faut que j'essaye de trouver une bouteille plus petite pour l'eau car il est hors de question que je recommence ce sac !!


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...