The Everyday Chic

2
COMMENTS
Ma grande chérie avait bien besoin d'un pantalon, j'ai donc jeté mon dévolu sur un patron simple, celui du livre "Vêtements faciles pour filles et garçons" de Noriko Onada et Atsuko Maruyama, aussi connues sous la marque "Polka drops". Oui encore un nouveau bouquin de patrons pour enfants... je me suis bien lâchée ces derniers temps, je profite d'avoir vendu quelques vieux bouquins pour renouveler ma bibliothèque.

Il s'agit du modèle de pantalon droit n°2. Je ne savais pas trop quel tissu utiliser, et donc j'ai laissé ma belle choisir , elle a voulu que je prenne le reste d'un coupon dans lequel j'ai taillé un pantalon pour moi (que peut-être vous verrez un jour si j'arrive à me remotiver là-dessus...). un pantalon tout noir pour une petite fille de 6 ans ? Ben oui, il a des rayures qui brillent... Ah tout de suite on comprends mieux ! Bon il est plutôt difficile à rendre en photo.


Le tissu est du synthétique assez épais et chaud, que j'ai acheté 2€ le mètre sur le marché. Il n'a qu'un défaut, celui d’attraper toute la poussière !! Il m'en reste encore un mètre mais je ne sais pas trop quoi en faire, je n'ai pas trop envie de faire tout le temps des pantalons pareils...

J'ai coupé en taille 100 et en longueur 120cm pour mieux seoir à ma fluette fillette d'1m16. Enfin je croyais. Au niveau du bassin et de la taille, ça reste trop large (j'ai dû me gourer aussi et couper trop large les marges de couture à ce niveau), mais au niveau des jambes, par contre, c'est franchement très slim. Ben oui, fluette mais avec des gambettes de danseuse !




Du coup les coutures la grattent, c'est trop serré à son goût...

Tout est surpiqué à l'aiguille double : j'adore ça fait un super rendu.
le long des jambes :


l'ourlet :

détail des poches :


Pour la première poche arrière, je me suis trompée dans la séquence de pliage/couture, résultat ce n'est pas nickel.

J'ai fais plus attention à la deuxième : comme quoi faut bien suivre et faire comme ils disent, c'est pas pour rien !


J'ai un peu raté la fausse braguette : le tissu s'est un peu replié au milieu, du coup elle est un peu en relief. Je pense que c'est à cause du cran que j'ai fait dans la marge qui a fait un peu bourrer la couture au début.


Bref, un pantalon qui finalement ne plaît pas trop à la miss car trop serré : à ne mettre qu'en cas d'extrême urgence "j'ai-rien-à-me-mettre". C'est dur de trouver un patron qui tombe pile-poil bien à son enfant. J'avais beaucoup d'espoir avec celui-là car beaucoup de gens l'ont réalisé et en sont très contents (voir le blog des japan couture addict)





Je commence à me dire qu'il faut sérieusement que je me mette au patronage !

Atelier couture spécial rondes

2
COMMENTS
Je viens d'acheter ce livre de Lorna Knight paru chez Dessain et Tolra et qui s'intitule en anglais "dressmaking to flatter your shape", un titre bien plus judicieux qu'"Atelier couture spécial rondes" !



En effet ce livre est plein de bons conseils pour toutes les morphologies et pas spécialement les rondes !
C'est un peu le relooking à la Cristina appliqué au patronnage. Vous y trouverez toutes les manières de modifier vos patrons en fonction de tel ou tel petit défaut style épaules tombantes, dos cambré, poitrine trop forte et je ne sais quoi encore.

Le livre est divisé en 5 parties :

1. l'introduction avec quelques rappels de base sur le matériel et un guide des étoffes assez intéressant (mais pas exhaustif) avec leurs emplois conseillés et des conseils pour les travailler.



2. le chapitre préparation présente les différents morphologies classiques chez la femme (en sablier, en poire, en V, ronde et ovale) avec à chaque fois des conseils de style et de choix des étoffes.



Il donne aussi des conseils pour la préparation du patron (la signification des sigles, reporter les repères, bien se mesurer, etc)




3. Le troisième chapitre constitue le corps du livre : adapter les patrons.

Voici la liste de tous les défauts passés en revue :
  • la carrure : trop large, trop étroite, épaules tombantes, voutées ou trop carrées
  • l'encolure : trop lâche, trop haute et serrée, changer de forme d'encolure ou de style de col
  • la poitrine : remonter ou rabaisser la poitrine, changer les pinces de place agrandir ou réduire au niveau de la poitrine pour un corsage normal, un corsage style princesse, un corsage avec taille empire ou un corsage sans pinces, ajouter des pinces là où il n'y en a pas
  • le dos : élargir ou réduire la largeur dos
  • les manches : ajuster la longueur, rajouter de l'ampleur dans le haut, changer de style de manches, ajouter des poignets de différents types, ajuster la manche à l'emmanchure quand on modifie le corsage
  • la taille : ajuster les pinces et les différentes formes de pinces en fonction de votre morphologie, réduire ou agrandir la taille, corriger un dos cambré.
  • les hanches : corriger des hanches asymétriques, une culotte de cheval, un ventre bombé, un fessier proéminent ou des fesses plates.
  • pour un pantalon : modifier le patron pour avoir un pantalon taille basse,, camoufler la culotte de cheval, corriger la profondeur d'entrejambe trop courte ou trop longue, donner plus d'aisance aux fesses ou au ventre, ajuster la longueur de jambe,
  • pour les robes : modifier les proportions en fonction de sa taille ou la cambrure pour les robes sans couture à la taille
Vous voyez, il y a vraiment de tout et donc ça ne concerne pas spécialement que les rondes. A chaque fois, vous avez un dessin qui montre comment se manifeste le-dit problème en faisant des plis à tel ou tel endroit, et la marche à suivre pas à pas pour modifier votre patron pour corriger le problème.



Il y a quelques astuces par-ci par-là sur des points précis.

Le livre montre aussi comment modifier un patron pour lui donner un nouveau style comme changer l'encolure ou la forme des manches, en dehors de toute problématique de "camouflage de défaut"




4. Le chapitre réaliser une toile qui décrit donc la marche à suivre et comment corriger les défauts style agrandir la profondeur pour la poitrine ou réduire les hanches etc, et comment reporter ces modifications sur la toile sur le patron



5. à la fin, un petit chapitre techniques de base qui reprend vite fait comment poser une fermeture éclair, monter une manche etc. Ce n'est pas très fourni cependant les schémas sont bien clairs et il y a les trucs les plus courants donc c'est appréciable.

Je m'excuse pour les photos pas toujours très nettes, mais le but est de vous donner un aperçu du livre et pas de faire du photocopillage. D'ailleurs, j'aurais du mal car il y a 175 pages...

En conclusion, ce livre s'adresse aux personnes qui veulent apprendre à modifier leurs patrons, donc pas vraiment pour des débutantes. Vous ne trouverez aucun patron dans ce livre.
Moi-même j'avoue je n'ose pas encore trop me lancer dans les modifications pour le moment, cependant je suis contente de l'avoir sous la main pour évoluer plus tard. Le livre est bourré de schémas, dessins des vêtements bien vs mal ajustés et photos pas à pas, donc vraiment très clair. Et surtout ce que je trouve intéressant c'est d'apprendre à repérer les défauts en visualisant les endroits ou ça serre. On est tellement habituées à voir des vêtements mal adaptés à sa morphologie avec le prêt à porter qu'on n'y prête pas attention, mais à force de coudre, on voit de plus en plus les défauts donc avec ce livre vous avez tous les outils en main pour y remédier.

Premier vêtement à la surjeteuse, premier Plantain

0
COMMENTS
Je m'en viens donc vous présenter mon premier vrai ouvrage à la surjeteuse (pas entièrement, ma machine me sert encore un peu quand même...). J'ai profité du marché de Trappes (où j'évite d'aller au maximum sinon c'est dépenses assurées vu le prix des tissus à 1 ou 2€ le mètre, on se laisse vite emporter...) pour dégoter un jersey molleton gris passe-partout histoire de me faire un haut basique. J'ai testé le patron "Plantain" offert par Deer&Doe. Je pense que c'est bien le seul patron Deer&Doe que je ne pourrais jamais m'offrir... Je voulais faire plutôt un pull en fait, alors j'ai choisi de faire une taille 44 histoire d'être à l'aise car je fais plutôt du 42 en haut. Et ben en fait de pull, je me retrouve avec un t-shirt bien chaud car il est vraiment trop près du corps pour porter un autre t-shirt en dessous... Je suppose que c'est dû à mon jersey épais qui n'est pas hyper élastique.

J'ai eut un peu de mal à assembler le patron pdf, je ne sais pas pour vous, mais moi j'ai toujours des décalages sur ce genre de patron : 3mm par-ci, 3mm par là et à la fin j'ai un bon centimètre de plus entre le devant et le dos... Et comme une cruche que je suis parfois, j'ai ratiboisé mon patron à la longueur la plus courte alors que je sais très bien que j'ai le buste un peu long.  Évidemment c'était trop court, du coup j'ai ajouté une bande rapportée de 4cm dans le bas. J'ai dû un peu trop l'étirer en surpiquant à la machine car ça gondole.

J'ai aussi eut un petit problème avec le tissu, mais je ne m'en suis aperçue qu'après avoir coupé : il y a un défaut de fabrication et un petit trou devant un peu sur le côté. (Moralité : toujours bien vérifier l'état d'un tissu à 1€ le mètre) Mais je me suis dit que je pourrais cacher ce trou avec une étiquette quelconque qui restait à trouver.

 


Je dois dire qu'à ce moment final de la couture, j'étais légèrement dégoutée car je n'ai pas bien mis mon tissu à plat et un pli est venu se fourrer sous le couteau de ma surjeteuse. Le résultat ne s'est pas fait attendre, j'ai un joli trou au beau milieu du dos...  Oups...

 
Celui-là va être difficile à cacher !!

Dernière erreur de ma part, j'ai oublié de mettre une petite bande de renfort pour les épaules, mais vu que le tissu est épais je ne suis pas sûre que ça change grand chose.

Je voulais ajouter une petite touche de couleur avec les coudières, j'ai donc utilisé un petit reste de t-shirt turquoise. Je les avait coupées directement à la bonne taille donc je me suis contentée de les surfiler sans les couper plus et je dois dire que ça été dur dur de suivre les contours arrondis. C'est assez moche mais c'est le mieux que j'ai réussi à faire. Peut-être que le t-shirt aurait eut l'air plus "pro" sans ces coudières mais je tenais à ce bout de bleu dans tout ce gris.

 
J'ai ensuite juste cousu les coudières à la machine avec un point zig-zag long et étroit.

 

Pour les finitions de surpiqûres, j'ai utilisé un point droit simple pour la bande d'encolure et la bande du bas. Je n'aurais probablement pas dû car je ne pense pas que ça soit très élastique. D'un autre coté l'encolure large et le bas évasé font que je ne risque pas de tirer sur les coutures à ces endroits.



Je ne suis pas mécontente de mon col qui, même s'il n'est pas hyper régulier, a un fini quand même bien propre, il ne gondole pas.
Aux poignets, j'ai cousu avec une aiguille double à la machine, toujours en point droit simple.



Voilà en conclusion je suis un peu mi-figue mi-raisin sur ce tisheurt car malgré les erreurs il m'a permis d'apprendre, et malgré son aspect global relativement correct (bon à part le bas qui gondole vraiment), je ne pourrai guère le porter en société avec tout ces trous.
Dommage il est hyper confortable ce molleton.

Quant à la forme de ce haut en lui-même, je ne suis pas complètement convaincue pour ma part : il est franchement beaucoup trop décolleté pour une frileuse comme moi (même avec un foulard je ne couvre pas tout le décolleté) et le bas un peu trop évasé, du coup y'a des courants d'air (!)  Je le retaillerai bien de 1 ou 2 cm de chaque côté.

Le truc à retenir est que j'ai beaucoup apprécié ma surjeteuse. Ok j'ai commencé par un jersey épais donc c'est plus facile mais je suis ravie de la vitesse à laquelle j'ai cousu ce haut sans problèmes de tissu mangé par la machine à coudre comme dans mes précédents essais de jersey, et avec des belles finitions toutes propres. Quand je vois mes anciens vêtements surfilés au point zig-zag à la machine à coudre et qui sont devenus assez moches au fil des lavages, j'ai envie d'y mettre un p'tit coup de surjeteuse partout.

Ourlet roulotté à la surjeteuse

3
COMMENTS
J'ai désenfilé ma surjeteuse un peu par erreur alors j'en ai profité pour vous faire un pas à pas pour l'ourlet roulotté fin à 2 fils.

Avec cet ourlet, vous n'utilisez que les fils de l'aiguille de droite (codé en vert) et du boucleur inférieur (codé en jaune)

Note : Si vos 4 fils sont tous enfilés, ce n'est pas la peine de les défaire tous, il vous suffit de couper le fil d'aiguille bleu (celle de gauche) et le fil du boucleur orange (boucleur supérieur) et vous pouvez passez les étapes d'enfilages décrites ci-dessous.

I. D'abord il vous faut enlever l'aiguille de gauche : avec le tournevis, desserrez la vis marquée B sur le support à aiguilles et retirez l'aiguille (sur la photo elle est déjà enlevée)



II. Ensuite, il faut installer le convertisseur : c'est la petite pièce en plastique avec un crochet en métal qui se trouve dans la pochette d'accessoires cachée dans le bras libre.


Il faut l'installer dans le trou tout rond qui se trouve sur le bras du boucleur supérieur.


Vous mettez d'abord la partie en plastique comme un petit cylindre rond dans ce trou (de l'avant vers l'arrière, normal quoi), et ensuite vous forcez un peu la petite tige métallique pour la positionner dans le sens contraire (de l'arrière vers l'avant) et mettre le petit crochet au bout dans le petit trou (chas) du boucleur



les sens d'insertion sont les flèches bleues :



III. Réglez la commande de largeur du point sur la position R (Roulotté) (position la plus proche vers vous)



IV. Réglez la longueur du point. Là je voulais un ourlet assez serré, je l'ai mis un peu au-dessous de 2




L'étape suivante est l'enfilage (étape facultative si vous avez vos fils déjà enfilés)

Mettez toutes les tensions à 0

Les sens d'introduction des fils sont indiqués avec les flèches bleues.

A. Commencez par enfiler le fil du boucleur inférieur (parcours codé en jaune)
1. Mettez votre cône dans la position la plus à droite et passez le fil dans le support (déployé)



2. Coincez le fil dans la petite boucle de métal à l'arrière de la surjeteuse en passant simplement le fil de droite à gauche puis tirez-le devant vous


3. Passez le fil dans la mollette de réglage de tension



4. Et coincez-le dans le crochet qui se trouve juste en-dessous


5 à 8. Coincez le fil dans les crochets avec un point jaune (de droite à gauche) : le premier crochet est fixe et les autres se trouvent sur des parties mobiles.




Le dernier est plus difficilement atteignable, pour cela il faut mettre le boucleur en position le plus à droite possible en tournant le volant de la machine à la main

(pardon j'ai un petit problème avec cette photo, je ne sais pas pourquoi elle est si petite. Je la referai à l'occasion)

9. Passez le fil derrière le boucleur et faites-le glisser sur la gauche jusqu'à ce qu'il se coince dans une petite encoche en ramenant le fil vers vous




10. puis passez le fil dans le trou (chas) du boucleur de l'avant vers l'arrière (Aidez-vous de la pince). Le fil se place tout seul dans la rigole du boucleur.



Tirez le fil vers l'arrière de la machine et voilà, vous avez fait le plus dur !!


B. Passons maintenant à l'enfilage du fil de l'aiguille droite (vert)

1. Placez votre bobine dans le deuxième support à partir de la gauche et faites passer le fil dans le zigougoui du bras télescopique pour le maintenir en l'air



2. Coincez le fil dans le petit anneau en métal correspondant, derrière la surjeteuse, comme pour tout à l'heure


3. Passez le fil dans la molette verte



4 à 6 : puis dans les crochets marqués d'un point vert. Le dernier c'est l'encoche du haut


7 et 8 : coincez le fil dans le zigouigoui de gauche placé au dessus de l'aiguille puis dans le chas de l'aiguille


et tirez le fil vers l'arrière.

L'enfilage est terminé !
_____________________

V. Réglez votre machine. Pour un tissu fin comme c'est plutôt sur ce genre de tissu qu'on utilise l'ourlet roulotté, utilisez les réglage 0 pour la mollette verte et 5 pour la mollette jaune.


VI. Allumez votre surjeteuse, prenez vos deux fils et tirez les vers l'arrière en appuyant sur la pédale. La chaînette se forme.

VII. Soulevez le pied de biche, placez votre tissu et rabaissez le pied. Appuyez sur la pédale et admirez le travail !



En haut, j'ai utilisé un tissu très léger en synthétique qui glisse beaucoup et est plutôt difficile à travailler. On voit le dessus de l'ourlet.
En bas, j'ai utilisé les mêmes réglages sur un jersey moyen, ni fin ni épais. On voit le dessous de l'ourlet.


Quand vous voulez repasser à un surjet standard, n'oubliez pas :
  • d'enlever le convertisseur (enfin, vous vous en rendrez vite compte quand il faudra ré-enfiler !)
  • de remettre la commande de largeur de point sur la position S (surjet)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...